Les réseaux d’échanges de compétences en bibliothèque

C’est sur et par les réseaux sociaux que ce billet « boîte à outils » a germé. D’un mot posté, début septembre, par Michel Briand au groupe Facebook Bibliothèque créative est née l’envie de creuser l’expérience de la médiathèque de Languidic (Morbihan) avec la start-up rennaise Steeple.

Steeple, c’est quoi ?

Steeple
 est un réseau social créé par deux étudiants de l’ESC Rennes : Jean-Baptiste de Bel-Air et Nicolas Malœuvre (une fois sorti de l’INSA). Steeple (clocher, en anglais) propose aux membres d’une même communauté (école, entreprise, bibliothèque…) de partager un objet, un service ou une compétence sur une plateforme commune. Une sorte de combo entre un mur de petites annonces (Le Bon Coin) et un réseau social. Une fois mon compte Steeple validé, j’ai accès à une liste de propositions géolocalisées des membres de ma communauté. Je peux entrer en contact avec eux pour, par exemple, échanger des cours de yoga contre de l’aide en informatique, emprunter une perceuse à un autre étudiant du campus ou encore donner rendez-vous pour une sortie kayak.

_DSC0800

La particularité de Steeple tient à son modèle économique et son positionnement au sein de l’économie collaborative. Contrairement à Uber ou AirBnB (pour ne citer que des mastodontes californiens qu’on a, à tort, associés à l’économie de partage, Steeple ne taxe pas les transactions entre particuliers. Il se base sur le modèle de l’abonnement : le forfait mensuel dépend du nombre de membres de la communauté. Ses créateurs parlent d’ailleurs plus volontiers de « collaboration économique » que d’économie collaborative, comme alternative à l’économie capitaliste individuelle. Si je suis membre d’une communauté Steeple, je peux choisir la réciprocité ou non dans l’échange (service gratuit ou payant), et le gain symbolique et/ou social. C’est toute la valeur proposée par Steeple : créer du lien au sein d’une même communauté.

L’expérience de la médiathèque de Languidic

LIB a partagé avec Annie Le Guern-Porchet, directrice de la médiathèque de Languidic, son retour d’expérience tout chaud et enthousiasmant, suite au déploiement de Steeple en septembre 2015, au sein de sa structure.

À l’origine de cette convention entre Languidic et Steeple, le souhait d’expérimenter et d’avancer ensemble en fonction d’objectifs spécifiques : pour Steeple, répondre à une sollicitation publique et engagée, et de la médiathèque un testeur ; pour la médiathèque de Languidic, créer du lien autour de la question des échanges et réseaux par le biais d’un outil numérique séduisant.

Annie Le Guern-Porchet s’intéresse depuis de nombreuses années dans les réseaux d’échanges et de partages de compétences comme les RERS (Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs) qu’elle a connus en région parisienne. Au fur et à mesure que sa culture personnelle de la réciprocité des savoirs s’est étoffée, son envie d’en faire bénéficier les usagers d’une médiathèque aussi. Le repérage via Twitter du tout jeune service Steeple a été le déclencheur de sa démarche pionnière à Languidic.

L’ouverture du compte Médiathèque de Languidic sur Steeple remonte à bientôt trois mois. Annie Le Guern-Porchet et la mairie ont lancé le projet en communicant activement, et en invitant Jean-Baptiste de Bel Air. Désormais, toute l’équipe de la médiathèque s’est prise au jeu. Chacune des quatre bibliothécaires promeut le service auprès des usagers. Ceux-ci sont au rendez-vous et, tous les jours, de nouveaux se lancent ou ajoutent une compétence à leur profil.

12193803_933837740019741_4600311062412349622_n  11892237_896963797040469_8915774043314029701_n

Au sein de la communauté Médiathèque Languidic, la gratuité des services est facultative, mais ouvertement encouragée. Et les enjeux sociaux en sont d’autant plus riches : se familiariser avec un outil moderne, valoriser savoir-être et savoir-faire, créer un nouveau type de lien dans une commune rurale à la superficie très étendue et, à l’avenir, rematérialiser le service d’échange avec, en son cœur, la médiathèque. Celle-ci envisage d’ailleurs des ateliers d’échanges de savoirs sur place en complément du service Steeple, qui pourraient attirer de nouveaux publics.

À la veille de la journée professionnelle Bibliothèque et numérique : vers des espaces de création et de participation*, Annie Le Guern-Porchet évoque un cercle vertueux depuis le lancement du service. L’expérience menée avec Steeple a permis la valorisation au sein de la médiathèque et de la communauté du goût et des connaissances de chacun, professionnels et usagers. Ces derniers semblent même devenir de nouvelles sortes de « ressources documentaires », voire de « collections », à valoriser, faire dialoguer… Comme cette entrée sur le portail de la médiathèque : la Bibliothèque des savoirs tient lieu d’invitation. Et bien loin des collections immuables et sacrées, on en vient à la bibliothèque comme lieu expérientiel et indubitablement vivant.


*organisée conjointement par l’ABF Bretagne, Livre et lecture en Bretagne, la Médiathèque d’Ille-et-Vilaine, la médiathèque du Morbihan, la Bibliothèque de Rennes Métropole, la Bibliothèque départementale du Finistère et le CFCB Bretagne – Pays de la Loire / Université Rennes 2 , le 26 novembre 2015 à la Maison des associations, 6 Cours des Alliés, 35000 Rennes.


Les RERS

Le SEL

L’économie collaborative


Médiathèque de Languidic
Espace des médias et des arts
12 ter, rue Jean Moulin
56440 Languidic
02 97 65 19 18

 

 

 

 

Publicités